Back to Top

Intelligence artificielle et coronavirus

Une IA canadienne rencontre un virus chinois

Alors c’est une IA canadienne qui rencontre un virus chinois…
Non, ce n’est pas le début d’une blague dont le racisme ou non serait sujet a un débat enflammé sur twitter. Le virus chinois, tout le monde le connait maintenant, c’est le Coronavirus, nom de code nCov 2019. Il se trouve que la recherche en Intelligence Artificielle, pour ceux qui en douterait encore, a des retombées bien réelles dans tout les domaines, et la santé n’y fait pas exception. Plus particulièrement, on parle ici de détection et d’anticipation des épidémie. On a clairement dépassé le niveau de l’aide au médecin pour nous diagnostiquer une bronchite ou lire notre scanner
. En effet, des programmes semblent maintenant capables de nous prévenir d’une crise sanitaire.

blank

Pour être plus précis, ce dont il s’agit aujourd’hui est une production canadienne. Il se trouve que nos amis Canadien, en plus de parler un français douteux, ont lancé en 2014 une entreprise: BlueDot. Cette dernière a produit une intelligence artificielle nommée… BlueDot. Bon, pour l’originalité on repassera. En revanche les résultats semblent être présents. En analysant des données ouvertes, comme les questions sur des forums de santé, les bulletins de santé dans une soixantaine de langue et en tenant compte de tout un tas de facteurs, allant du niveau des médias au nombre d’habitants, cette IA est capable de prédire la propagation d’un virus. Elle va ainsi anticiper les déplacements des personnes infectées, mais aussi l’émergence du virus. Et ceci, grâce aux informations que le système retire de la masse de données à laquelle il a accès.

BlueDot n’en est pas à son coup d’essai. L’entreprise avait déjà été médiatisée après avoir analysé le virus Zika il y a plusieurs années. Le fait qu’une prestigieuse revue médicale (The Lancet pour ne pas la citer) jugeait l’algorithme de BlueDot plus efficace que celui de Google pour anticiper la propagation du virus est tout de même un gage de qualité. Google c’est relativement sérieux comme boite!

Si les résultats semblent vraiment bons, je voudrais tout de meme tempérer vos ardeurs à propos d’un monde post-maladies. Les rapports de BlueDot ne sont pas disponibles au public. Ils sont uniquement mis a disposition de leurs clients et des institutions sanitaire de certains pays. On peut par exemple citer les compagnies aériennes et établissements de santé où des personnes infectées pourrait se retrouver. Nous n’avons donc aucune visibilité sur leur taux de succès réel, et il est difficile de comparer ce système à l’OMS par exemple, cet établissement ne pouvant se permettre un faux positif. Donc l’on pourra vraiment crier a la révolution lorsque les résultats seront plus facilement consultables. Malheureusement, ce ne semble pas être la direction prise par l’entreprise. D’autre part, la même question se pose pour tous les systèmes issus des recherches modernes en Intelligence Artificielle: peut-on et doit-on accepter les conclusions d’un programme dont la réflexion nous est inconnu ? Et ce même si les résultats tendent à montrer la pertinence de la tambouille interne ?

Par Clément Caffin


Random_meme()

Rechercher:





Suis-nous sur les réseaux sociaux!

Instagram

S'abonner